mon essencerie

mon funérarium, il était normal, et même convenu, que je vous le présentasse en noir et blanc, comme il est convenu de le dire, mon funérarium et puis maintenant mon essencerie, je fais tout dans le désordre, suivant l’ordre de mes modestes pensées », voilà ce qu’en dit aujourd’hui MK, à propos de la route qu’il suit, MK qui vient de faire la connaissance de Léonardo Vaccarèse, chez Arnaud Carbonnier,

trois nouveaux personnages dans un seul paragraphe, ce n’est ni recommandé ni recommandable, dans la vie réelle, trois inconnus croisés pour la première fois restent des inconnus, sauf à prendre langue avec l’un d’entre eux, à échanger durant quelques minutes]

dans le sous-ensemble du réel que l’on nomme en général le web, le lecteur curieux pourra trouver trace d’Arnaud Vaccarèse et de Léonardo Carbonnier – pardonnez cette permutation un peu facile –, le lecteur pourra se perdre, comme il est admis, le lecteur pourra s’égarer et oublier le motif de ses recherches, en revanche le regardeur pourra concentrer son attention sur la photo et en examiner les nombreux détails, d’un immense intérêt, sauf pour ceux qui ont décidé que la vie, ça fait chier, vraiment trop chier, le regardeur fermera les yeux et se laissera caresser par la chaleur du soleil, le lecteur regardeur se laissera emporter par le sommeil et, acceptant l’éventualité d’un immédiat dernier souffle, il laissera les Pompes funèbres générales s’occuper de son corps,