reprendre

dans l’action de reprendre une photographie, il y a un désir, celui de l’améliorer, sans que l’on puisse préjuger de ce que signifie « améliorer », il y a peut-être un début d’idée du résultat recherché, il y a en tout cas un travail technique ; à mesure que l’on tâtonne, apparaît une nouvelle image, conforme ou non au résultat espéré, fût-il clairement pensé ou non, enfin, par fatigue ou par satisfaction, il y a la sauvegarde de la nouvelle image qui, éventuellement, portera un nouveau nom,

dans l’action de reprendre un texte inachevé, plus précisément un roman, il y a l’envie plus ou moins longuement mûrie de finir une œuvre, de conclure un travail commencé parfois des années auparavant, une envie parfois relancée par un ami avec lequel peut s’établir une relation de confiance, qui mène à une obligation de s’y mettre,

à mesure que l’on progresse en allant et venant des nouvelles pages aux anciennes pages, il y a la redécouverte de l’ébauche d’un tableau qu’il faudra travailler par retouches innombrables, il faudra changer des mots – des détails, mais indispensables –, de nouvelles possibilités apparaîtront qui rendront caduque la perspective ancienne, qui éclaireront sous un jour nouveau tel ou tel personnage en révélant des potentialités qui n’avaient pas été discernées par l’auteur, les ombres et lumières des scènes d’intérieur et des scènes extérieures seront retravaillées comme on le fait pour la photographie ou la peinture, et puis l’on pourra relire le premier paragraphe de cette brève chronique,

Auteur : Francis J

Écrivain photographe ou photographe écrivain

4 réflexions sur « reprendre »

  1. Street-gallery. Window art enjoyed en passant. The facades are also a kind of canvas, which is always written, painted, hewn. Always new attempts to communicate, to express themselves, to reach the other. A never-ending dialogue that the street, the public space makes possible.

    1. the possibility of a dialogue between the street and the viewer, I don’t know; it seems to me that the street has something to say and that the passer-by may or may not grasp the expression of an artist, or not even an artist, just someone who sometimes just writes a word, or even more; the passer-by understands what he wants from what he sees, but this generally cannot go any further, because he cannot answer ; street photography, of what its artists express, allows the photographer to bounce back and address other passers-by along paths made up of images, whatever the medium used (here the blog), and to initiate another dialogue – usually a comment and his response – which I always have the pleasure of practising with you, dear Uwe,

      1. By paying attention to quotidian moments, photographs manifest their own truths. As a result, the meaning of events may shift, slip or change as one experiences images. Such is the case with our lives as we are forced to examine where we have come from and where we are going.
        (Mary Frey)

        In diesem Sinne lass uns weiter den Dialog pflegen, lieber Francis.
        Gruß
        Uwe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s